07 avril 2010

Olivier, ou l'inconsolable chagrin, Nicole Fontaine

Présentation de l'éditeur


Olivier, vingt-six ans, provoque son propre accident de la route… Or, sa tentative de suicide échoue. Maintenant qu'il souffre d'aphasie temporaire, le tétraplégique, branché sur respirateur, est toujours conscient mais ne peut communiquer avec ses proches. Défait, il refuse de se battre pour survivre.

Il y a de cela cinq ans, Olivier, amoureux de Clara et jeune étudiant en médecine, se rendait au Sri Lanka pour un premier séjour afin de participer à l'aménagement d'un dispensaire. C'est en vivant parmi ce peuple insulaire de l'Océan indien qu'il fait la rencontre d'une famille de Rakwane, l'hébergeant chez elle. Le jeune et charismatique Arun, alors âgé de onze ans, retient particulièrement son attention et une relation intime se développera peu à peu entre eux. Olivier devient alors le grand frère amant d'un enfant, accepté et chéri par la famille qui l'accueille. S'en suit, dans les années à venir, une succession d'allers et retours entre le Québec et le Sri Lanka, où Olivier entretient à la fois le profond amour qu'il éprouve pour Clara et son attrait pour Arun, lourd secret. Heureux de partir pour l'étranger et malheureux de revenir, le comportement d'Olivier éveillera les soupçons chez sa bien-aimée. La honte et la culpabilité qu'entraine sa double vie le plongeront dans le plus grand désespoir, le menant à vouloir mettre un terme à son existence…

Olivier dévoilera-t-il finalement son amour caché à Clara? Retrouvera-t-il goût à la vie?
Un roman émouvant qui abat les préjugés entretenus envers les pédophiles.

*************

Roman que j'ai lu en un temps record.
Plusieurs narrateurs racontent ce drame, même une mère décédée qui est la narratrice omniprésente.
Ce livre, nous rend presque sympathiques les pédophiles car il fait références aux moeurs différentes du Sri Lanka où la pédophilie est acceptée.

Au début, j'étais un peu agacée car je trouvais le style trop soeur, soeur. L'écriture est quand même belle et j'ai passé par dessus ce qui me déplaisait.

La fin est déroutante et nous laisse plein de points d'interrogation.

6 commentaires:

Venise a dit...

On peut conclure que vous avez aimé, Ginette, si je ne me trompe pas.

Qu'est-ce qui vous a poussé à choisir ce titre ?

Ginette a dit...

J'ai choisi ce titre à cause des bons commentaires que j'ai lus.

Ginette a dit...

Oui j'ai aimé ce livre.

J'avais lu ses nouvelles qui m'avaient laissée un peu tiède.

nicolef a dit...

Cela me touche, Ginette, que vous ayez pris le temps de me lire et de commenter mon roman. Une question toutefois : Qu'entez-vous par un " style soeur,
soeur "?

nicolef

Ginette a dit...

Je suis toute émue que vous ayiez mis un commentaire sur mon blogue.

J'ai vu que vous étiez allée au salon du livre de Paris et j'étais un peu déçue que vous ne soyiez pas au salon du livre de Québec.

Pour ce qui est de soeur, soeur c'est à cause de certaines comparaisons que je trouve un peu clichés. Je ne peux pas vous donner d'exemples car maintenant que je vis en appartement, je prends mes livres à la bibliothèque et j'ai dû le rendre.
En tout cas, je vous donnerais bien un prix pour ce livre. J'ai fait une recherche pour voir si vous aviez été récompensée et je n'ai rien vu.

Véronique a dit...

Hé! C'est chouette tous ces commentaires! Ça doit t'encourager à continuer! Le livre me semble bien intéressant.

Je n'ai pas d'enfants; je sais que certaines personnes diront que je ne peux pas vraiment avoir de point de vue pour cette raison. Ceci étant dit, je crois que les pédophiles ne sont pas tous des horribles personnages. Leurs actions, dans notre société, ne sont pas excusables, mais... comment dire... la zone est très grise.

Je devrai prendre bientôt des titres en note.