26 octobre 2006

Notre voyage

Quoi mettre sur mon blog? Telle est la question.
Je me rends compte que Rognes (lieu où nous habitions) est un résumé de la Provence.
Donc voici quelques photos:

voici un olivier: je le voyais de la fenêtre du salon. L'olivier pousse dans les sols pierreux. Il craint le froid. Ses feuilles sont persistantes.

Ajouter une image
Et voici Roger qui se demande sûrement
ce qu'il fera comme photo.















les feuilles de vignes
s'agrippent au ciment
comme des doigts


Bien entendu, il s'agit d'une vigne qui ne produit pas de raisins.






24 octobre 2006

hier




Mamzelle Sophie était en forme hier. Elle se tenait même debout avec son plâtre. Et aussi très active. Je ne suis pas arrivée à la prendre de face. Posted by Picasa

22 octobre 2006

de retour

Je reviens de Provence et de Corse.
Il me semble que je n'en finis plus de revenir. Le décalage horaire est plus difficile à résorber au retour. Je crois que mon corps commence juste à s'en remettre. Peut-être que l'âge y est pour quelque chose...
Enfin, voici une réfléxion que j'ai faite dans l'autobus en route vers Dorval.
Je ne crois pas avoir de préjugés raciaux. J'essaie en tout cas de ne pas en avoir. Mais j'ai tout de même remarqué des musulmans qui prenaient la bus avec nous. Oh! J'entends déjà la question: Qui te dit que c'était des musulmans? Je ne me fie pas seulement à leurs traits physiques qui peuvent quelques fois être trompeurs.Je le sais à cause des femmes qui accompagnaient ces hommes.
Elles ne passent pas inapperçues. Mais, j'ai quand même pensé (tout en essayant de ne pas y penser) j'espère qu'il n'y a pas là un kamikaze. Après tout, il n'y a pas d'inspection des bagages quand on prend l'autobus. Qui dit que quelqu'un ne traîne pas une bombe dans ses bagages? Il y a eu des cas semblables ailleurs, des personnes qui f'offrent en holocauste pour une cause et surtout pour un dieu.
Je sais il ne faut pas devenir paranoiaque mais j'aimais quand même mieux le temps d'avant le 11 sept. où on n'avait pas à penser à ça.

J'ai fait lire ma note à Roger et curieusement, il avait pensé la même chose.