27 janvier 2009

L'imaginaire, de mots pour le dire.

C'est le titre de l'atelier du lundi. Prof.: Laurier Veilleux.
J'aurais une photo mais je trouve que ce n'est pas vraiment lui.
J'avais pris un livre de poésie (La peur des éclipses) dont il est l'auteur sans savoir que j'allais l'avoir comme prof.
J'ai lu quelques pages et j'aime sa poésie, cette poésie qui ressemble à un récit mais...
Pas hermétique du tout. Et il est d'accord avec toi Hélène: l'écriture...

C'est comme un autre travail. Il faut juste s'y mettre, sans attendre d'avoir le goût, ou de se sentir prête, ou assez bonne, ou je ne sais quoi.

l'inspiration, les muses il ne faut pas trop compter la-dessus.




23 janvier 2009

Poésie

Aujourd'hui commençait mon atelier de poésie avec Michel Pleau.
J'y suis allée à pieds.


C'est lui. Drôle. Des fois je retrouve Yvon Deschamps dans sa façon de parler.

Il est l'heureux récipiendaire du prestigieux prix du gouverneur général pour son livre La lenteur du monde.








22 janvier 2009

Tout...

...est réuni: le lieu, la table, l'ordi,la chaise, la fenêtre vers laquelle je peux me tourner de temps en temps.

Il faudra que j'ajuste la chaise. Un peu basse à mon avis. Ou question d'habitude.

Il me manque le mot, la phrase qui déclenchera le tout.


Posted by Picasa

09 janvier 2009

Une pensée...

qui me fait réfléchir.

« En ce moment, à l’endroit même où vous vous trouvez, il y a une maison qui porte votre nom. Vous en êtes l’unique propriétaire, mais, il y a très longtemps, vous en avez perdu les clefs. Ainsi vous restez dehors, ne connaissant que la façade. Vous ne l’habitez pas. Cette maison, abri de vos souvenirs les plus enfouis, refoulés, c’est votre corps. » (Thérèse Bertherat, avec la collaboration de Carol Bernstein, Le corps a ses raisons : auto-guérison et anti-gymnastique, Paris, Seuil, 1976, p. 9).