04 mars 2010

Les tribulations de Frigo

J'ai lavé Frigo le réfrigérateur. Il faut bien que quelqu'un se dévoue de temps en temps. J'ai essayé de le mettre à OFF question de sauver de l'énergie. Impossible de l'arrêter. Pas de Off ! Au plus bas alors. Je ne l'entends pas.
Allons-y pour le lavage. Soudain, il se met à parler. Quel langage !
Bon, bon, me dis-je, aussi bien le laisser se défouler.
Je referme la porte et mine de rien je fais un petit tour d'ordinateur. Rien de très intéressant par là et j'avais surtout décidé de nettoyer Frigo.
Il n'arrête pas ... de jacasser. Pourquoi avoir attendu si longtemps ? Regarde ce que j'ai l'air ! Je suis crotté, collé, je pue, t'en a pour l'avant-midi.
Il répète sa ritournelle comme si l'aiguille s'enrayait sur un disque en vinyle. Et tout-à-coup, j'ai entendu qu'il cédait. Toc! plus un son. Silence.
J'en ai profité pour bien l'astiquer.
Je n'avais pas fini, qu'il s'est mis à ronronner. Il prenait goût à se faire cajoler. Plus de colère.
J'ai eu une idée, je devrais peut-être le décorer ainsi pour me faire pardonner.



2 commentaires:

Venise a dit...

Frigo, frigo, rime avec culpabilité pour moi !

IL a franchement besoin d'être cajolé, car il ne voudra plus ronronner.

Et puis, je n'ai pas le temps, ni le temps de le fleurir pour me faire pardonner, alors aussi bien sortir la guenille.

Mais pas demain. Un autre jour ...vous comprenez l'idée ?

Ginette a dit...

Hum! Hum!

Je suis encore surprise de le voir si brillant.
Je lui avais ménagé des espaces de rangement mais l'humain est peu ordonné.
Dites donc vieillirais-je ? Pas dans mes habitudes de me préoccuper de tels détails.

Merci Venise.