18 février 2012

1Q84

Je lis présentement ce livre de Haruki Murakami.

Il fait dire à Komatsu (éditeur) à la page 39 :

«... on ne peut écrire un bon texte si on en a l'intention, mais pas la moindre idée de la façon de s'y prendre. Pour écrire, il faut soit en avoir reçu le talent à l'origine, soit dépenser une énergie démentielle pour s'améliorer, jusqu'en en crever.»


Il faut aimer écrire pour devenir écrivains.

« - Pourtant, ce n'est pas suffisant.
   - Il faut aussi un «quelque chose de spécial». À tout le moins, il faut qu'il y ait quelque chose qui m'empêche d'interrompre ma lecture.» p. 40


Ceci me fait réfléchir :

 «Cette petite Fukaéri, elle a quelque chose de particulier. Quand on lit, La chrysalide de l'air, on le comprend. Ce n'est pas rien, cette puissance imaginative . Malheureusement, sur le plan formel, ça ne vaut rien. Un style d'une extrême pauvreté. Alors que toi, Tengo, tu sais écrire. Tu as ce don et, en même temps, tu as un sens artistique. Même si tu as tendance à en faire trop, ton style est spirituel, délicat et dynamique, c'est sûr. Seulement, à l'opposé de Fukaéri, tu n'as pas encore saisi ce que tu devais écrire. Alors bien souvent, dans tes textes, on ne voit pas où est le coeur de l'histoire. Ce que tu devras écrire, tu le trouveras en toi. C'est comme un petit animal apeuré tapi dans un trou profond, qui aimerait s'enfuir, mais qui n'arrive pas à s'échapper. Tu sais qu'il est caché là, au fond. Mais tant qu'il ne sort pas, tu ne pourras pas l'attraper.» p. 50

3 commentaires:

ClaudeL a dit...

Tout ça est bien vrai, parfois un peu de talent, un peu de sens artistique, parfois rien à l'intérieur de soi qui réclame une sortie d'urgence, mais pire encore: de quoi sera fait le prochain texte? Il faut donner au temps le temps que tout ça se régénère et que de nouveau, l'esprit réclame sa porte ouverte et son blanc papier.

Venise a dit...

Ah, mais c'est bien beau ici ! Je veux dire la forme. Et puis, le fond est inspirant. Mais en même temps, un peu peur de réfléchir à la manière d'écrire. Si on veut me montrer, et le moindrement, comment marcher, je ne me souviens déjà plus comment je faisais avant d'une manière naturelle.

L'abandon à soi, ça serait mon ultime recommandation, de moi à moi ! Mais toute la question demeure, il importe alors d'avoir du consistant en soi.

Ginette a dit...

encore à mon âge, je doute.