12 novembre 2012

Les larmes de saint Laurent.

Au moment d'écrire ce billet, je remarque que l'écriture du mot saint Laurent est différente de notre façon d'écrire habituelle: Saint-Laurent.
Pourquoi?
 
Je sais que les mots Les larmes de saint Laurent ont un rapport avec les perséides.
J'ai fait une autre recherche sur internet et je n'ai pas  trouvé de réponse, sinon que Yves Saint Laurent écrivait son nom sans trait d'union.
J'ai courriellé M. Tanguay des éditions Alto pour savoir s'il y avait une autre explication, mais non.
Petit tatillonnage qui n'enlève rien au livre.
 
 
J'ai lu ce roman sur la liseuse électronique Sony. J'avoue que ma lecture électronique n'est pas probante surtout, je pense, quand on grossit les caractères. Des veuves et des orphelins en veux-tu en v'là,  des pages presque blanches avec quelques mots et des pages complètement blanches. Tu ne sais plus où tu en aies avec ta lecture: as-tu fini un chapitre ou non etc.... Toujours est-il que je savais en lisant la quatrième de couverture que l'action se passerait dans trois endroits différents, à la même époque et cent ans plus tard.
Comment Dominique Fortier présenterait son livre, je ne le savais pas.
Sans crier gare, je suis passée d'un chapitre à l'autre, en me demandant s'il s'agissait d'un roman ou de nouvelles rassemblés.
Après chacune des nouvelles, je restais sur ma faim.
J'ai appris qu'en 1902, la montagne Pelée, qui est un volcan, a fait éruption et a détruit le village de Saint-Pierre en Martinique. Il y eut quelques survivants dont Louis-Auguste Cyparis, un prisonnier sauvé à cause de l'épaisseur des murs de son cachot. Dans ce livre, il porte le nom de Baptiste. Plus tard, il sera engagé par le cirque Barnum and Bailey pour faire partie de la section des monstres.  


J'ai aussi appris, qu'à peu près à la même période, en Angleterre vivait Edward Love , un mathématicien spécialiste de la théorie des ondes et plus spécialement d'un type d'ondes sismiques, d'où le nom Love Waves.

Le dernier chapitre, Love Waves, se passe autour du Mont-Royal. Je n'en parle pas car ici la magie s'opère. Ici, on fait les liens. Il ne faut pas lâcher. On oublie vite les petites longueurs des premiers chapitres. On voudrait presque la lecture continue.


Dominique Fortier écrivait dans La Presse :

«Le livre est un mécanisme à la fois plus simple et infiniment plus complexe... il reste, sous sa plus simple expression, dans sa forme essentielle, un assemblage de pages blanches où sont imprimés des signes noirs diversement agencés. Mais ces signes, s'ils sont les mêmes pour tous, ne voudront pas dire la même chose pour tous les lecteurs.»


 
 

2 commentaires:

ClaudeL a dit...

Je l'ai lu sur papier, moins d'irritants graphiques, mais de la difficulté aussi à comprendre, à suivre, bref à aimer. Mais je veux aussi ce genre de littérature où je dois faire un effort intellectuel.

Paul-André Proulx a dit...

Saint-Laurent avec trait d'union indique un endroit.

saint Laurent indique le personnage.

Ex : saint Pierre est un apôtre.
Saint-Pierre est le nom de plusieurs villages du Québec. Il y a aussi le mont Saint-Pierre