05 mars 2011

L'homosexualité dans la littérature jeunesse.

Oups! Les commentaires que j'ai lus ailleurs me semblaient tellement parfaits que j'ai oublié de dire que j'ai beaucoup aimé ce livre.




Je lis présentement sur ce sujet en littérature jeunesse.

J'ai trouvé un excellent résumé et une excellente analyse sur le web.

Sylvie Massicotte dans Les habitués de l'aube voit l'homosexualité à travers les yeux d'une adolescente. Chez Gaétan Chagnon, le narrateur est plutôt omniscient.

J'ai beaucoup aimé l'entrevue que Gaétan Chagnon a accordée à Lionel Labosse au sujet de son livre.

En particulier ces passages:

- Accepteriez-vous qu’on qualifie votre livre de roman « gai » ou roman « LGBT » ?
- Personnellement, je préfère parler de roman à thématique homosexuelle plutôt que de roman gai comme tel. De la même manière qu’on ne parle pas de roman hétérosexuel. À trop vouloir tout cloisonner, tout compartimenter, j’ai grand-peur qu’on coure le risque de voir les divers groupes se scléroser, se fermer à ce qui est différent d’eux. Et j’ai surtout des réticences à apposer des étiquettes susceptibles de rebuter un jeune lecteur, de l’éloigner d’une lecture qui pourrait lui être profitable.

et ceci:

- Quelle est votre position sur l’utilisation du joual. Pensez-vous que ce soit un frein pour le succès des ouvrages canadiens dans le reste du monde francophone ?
- Encore faudrait-il préciser ce que l’on entend ici par joual. N’étant pas spécialiste de la question, je ne me risquerai pas sur ce chemin hasardeux. Cependant, il me semble que la majeure partie des romans publiés ici, au Québec, sont tout à fait exportables. Qu’on y retrouve quelques emprunts lexicaux différents des vôtres, quelques survivances langagières inattendues, quelques néologismes surprenants, quelques déformations amusantes, n’est-ce pas là ce qui fait la beauté, la richesse d’une langue ? Vous et moi parlons des variétés de français différentes, en constante évolution, subissant de nombreuses influences, même dialectales. Mais avec l’essor des télécommunications, nous parviendrons toujours à nous comprendre, en continuant parfois, souvent, à nous faire sourire mutuellement.

Une citation du livre:

- Tu sais, mon Gaël, je crois que j'ai découvert pourquoi l'hippocampe te fascine autant. C'est que tu lui ressembles. vous êtes tous les deux différents de votre entourage. Mais dis-toi bien aussi que, comme lui, tu as le droit d'être différent et de garder la tête haute. p. 204

4 commentaires:

ClaudeL a dit...

merci de nous rapporter le fruit de tes lectures ici et là.
Tu es en train de te spécialiser?

Ginette a dit...

En quelque sorte.

Venise a dit...

Tu as aimé l'entrevue mais as-tu aimé le roman ?

Ginette a dit...

J'ai beaucoup aimé le roman.
Je puis aussi dire que j'ai beaucoup d'admiration pour l'auteur.