26 mars 2011

Seule Venise, Claudie Gallay


Quatrième de couverture:

A quarante ans, quittée par son compagnon, elle vide son compte en banque et part à Venise, pour ne pas sombrer. C'est l'hiver, les touristes ont déserté la ville et seuls les locataires de la pension où elle loge l'arrachent à sa solitude. Il y a là un aristocrate russe en fauteuil roulant, une jeune danseuse et son amant. Il y a aussi, dans la ville, un libraire amoureux des mots et de sa cité qui, peu à peu, fera renaître en elle l'attente du désir et de l'autre. Dans une langue ajustée aux émotions et à la détresse de son personnage,
Claudie Gallay dépeint la transformation intérieure d'une femme à à la recherche d'un nouveau souffle de vie. Et médite, dans le décor d'une Venise troublante et révélatrice, sur l'enjeu de la création et sur la force du sentiment amoureux.

J'ai adoré ce livre. Tout est parfait. L'histoire est bien menée et bien écrite.
Retourner à Venise par l'écriture m'a beaucoup plu. Je revois les lieux dans ma tête, en gros, car je n'y suis pas restée assez longtemps. Je me rends compte aussi que je pourrais y passer beaucoup plus de temps. J'aimerais aussi rencontrer des gens natifs de l'endroit comme l'héroïne du roman, des gens imprégnés de Venise.




2 commentaires:

Véronique a dit...

Intéressant.

Venise a dit...

Ça me fait plaisir que vous ayez lu un livre qui vous plait à ce point.

Et qui porte mon prénom en plus !