26 février 2010

La renarde et le mal peigné

                                                     Quatrième de couverture:                                    


Mon avis:

En lisant ces fragments de lettres, je me sentais un peu voyeuse. Certaines personnes trouvent que ce sont de belles lettres d'amour. En réalité, j'en doute. Quand Pauline Julien poursuivait sa carrière au Canada, on lit plus de ses lettres qui sont presque suppliantes. On sent qu'elle voudrait vivre cet amour autrement. Mais à ce moment là son amoureux pense différemment. Il écrit:

Je coupe toute velléité qu'il y a en moi de vouloir m'enraciner dans un sentiment. Car c'est une illusion de croire que ça peut être définitif.... Mais ce que tu n'as pas et n'auras jamais, parce que tu t'emmerderais bien vite, ce sont toutes mes heures.

Un moment donné, il la traite de conne, et sacre tout au long de sa lettre. Sont-ce là de belles lettres d'amour ?

Quand elle poursuit sa carrière à Paris, on ne lit  que les lettres de Gérald. De Pauline, quelques mots par-ci par-là. Il la réclame maintenant.
En fait, je le trouve matcho et imbu de lui-même. Je regrette que l'on n'ait pas accès aux réponses de P. aux lettres de Gégé comme il disait.

En tout cas, en lisant ce livre on a envie d'en savoir plus. Pauline Julien, je la connais comme chanteuse. Quand elle chantait Ferré, Boris Vian etc. je l'écoutais peu. Je me suis mise à l'écouter quand elle a chanté des chansons québécoises.
Gérald Godin, je le connais peu. Je n'ai pas vraiment envie de le connaître.
Je crois que la carrière de Pauline Julien était plus importante que celle de Godin.

                                                                    


2 commentaires:

Venise a dit...

Ha Ha (sur le ton pharmaprix !), vous avez des bémols sur le côté amoureux de ces lettres !

Point de vue différent du mien, vous le savez. La manière que je l'ai pris, même si j'avoue que c'est surprenant, quand Godin gueulait un bon coup, après il revenait au ton amoureux car il avait libéré la tension. Si la colère ne sort pas, ça crée des montagnes de ressentiments entre les personnes. Il était très physique, je crois. Tant de belles choses, il lui a dites pourtant, tant et tant. C'était un poète mais pas romantique du tout. Macho ? Je suis surprise que vous le pensiez. S'il y a un homme qui a poussé une femme, qui l'a encouragée. Mais il s'ennuyait d'elle. C'est compliqué de vivre comme ils vivaient, deux stars, deux fortes personnalités, vivant sur deux continents. Ce n'est pas une histoire d'amour du quotidien. Rien n'est banal dans cet amour.

Comme vous voyez, quand j'aime, je défends un peu, tout en comprenant et respectant entièrement votre opinion.

Ginette a dit...

Je suis presque émue.

Quelqu'un d'autre que Véronique riposte à mon billet.

Je soupçonne Pauline d'avoir été féministe.
Sûr que ce n'était pas facile de faire carrière en ce temps-là.
Mais la valse hésitation de Gégé a fait pencher la balance.