27 juin 2009

Tanka

tiré de l'amour-poème de Keiko Yokoyama traduit par Bertrand Petit

Les premières oies sauvages
crient sur leur passage
en traversant le monde,
alors que le coeur des hommes
souffre de lassitude.

2 commentaires:

Véro a dit...

Très joli.

Tanka, c'est le genre? Ça me fait un peu penser aux camions Tonka... Désolé de cette bifurcation de l'âme.


(Ma chatte a posé sa joue sur sa queue; ça me semble bien confortable.)

Ginette a dit...

Le tanka c'est un peu un haiku mais un peu plus lyrique.

5-7-5 syllabes (haiku)
et 2 vers de 7 syllabes : et là on peut montrer un peu plus ses sentiments

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tanka