09 juin 2010

Il ne faut pas parler dans l'ascenseur, Martin Michaud.

Je n'avais pas lu un roman policier depuis belle lurette.
Je me suis laissée tenter, car plusieurs personnes en faisaient l'éloge.
Vraiment, je n'ai pas regretté.
Le livre s'amorce avec un homme qui en assassine un autre.
Règlement de compte ou vengeance?
Une voiture happe une femme qui allait traverser la rue.
Cette voiture qui fuit est conduite par notre assassin. Cet assassin semble avoir le nom de Simone, la victime, sur sa liste assassine.
Simone Fortin rencontre un homme du nom de Miles.
Victor Lessard (l'enquêteur) se rend sur les lieux de l'accident.
Deux ados, Snake et Jimbo, volent une voiture noire. Ariane, Étienne Beauregard-Delorme, le docteur Mongeau, Laurent, Hurt Waldorf : chassé croisé de personnages.
Il ne faut pas abandonner le livre plusieurs heures, car on ne s'y retrouve plus.

Un moment donné, vers le chapitre vingt et un, je me rends compte que je suis totalement prise par l'histoire. Je ne me demande plus comment a procédé l'auteur. Parfois, j'aurais envie d'aller voir la fin. Le suspense est total jusqu'à la fin du livre. Je feuillette les chapitres, je les zieute de loin et je me demande ce qui m'attend. J'économise aussi. Je n'ai pas envie que le livre finisse. 
Comme le fait dire Yoko Ogawa à un de ses personnages dans Cristallisation secrète qui avait reçu un livre sans le lire : «Si je le lis jusqu'au bout, il sera terminé, n'est-ce pas? Je ne peux pas être l'artisan d'un tel gaspillage. Je veux le garder ainsi précieusement auprès de moi jusqu'au bout".

Je ne suis pas allée jusque-là,car je sais qu'il y aura d'autres enquêtes de Lessard.
Ah! J'oubliais de dire que ce livre est très bien écrit. Un style haletant comme le genre l'exige.
Un petit mot de la fin : "Parfois on trouve l'amour là où on ne l'attend pas."

4 commentaires:

Venise a dit...

Ah, Ginette, quand vous aimez, vous aimez !

On peut pas empêcher un coeur d'aimer :-)

Ginette a dit...

Ce petit mot de la fin est de Martin Michaud.

Véronique a dit...

Ça donne vraiment envie. Tu as loué à la bibliothèque ou acheté? J'ai terminé le livre que j'avais pris au condo. Pour la deuxième fois, j'adore. Je te le rapporterai.

Ginette a dit...

Je l'ai pris à la bibliothèque.