19 avril 2008

Christian Bobin

Je viens de lire La dame blanche de Christian Bobin.

Il parle d'Emilie E. Dickinson.

Je voulais savoir pourquoi il admirait cette femme. Robert Lalonde aussi l'admire comme poète.

Une façon d'écrire différente entre ces deux hommes. Une écriture concise pour Bobin et plus élaborée pour Lalonde. Leur lien la poésie.

J'irai revoir ce qu'en pense Robert Lalonde.

J'ai failli passer à côté de cette lecture. Certains mots de Bobin me dérangeaient. Je les trouve parfois exagérés. Ou c'est sa manière de parler de l'âme, de dieu qui me fatigue. Enfin! J'ai relu une deuxième fois
et je ne regrette pas.

J'ai retenu cette phrase:

Rencontrer quelqu'un, le rencontrer vraiment - et non simplement bavarder comme si personne ne devait mourir un jour - , est une chose infiniment rare.











2 commentaires:

Véro a dit...

C'est bien vrai, en tout cas. Dans son Autoportrait au radiateur, il ajoutait quelque chose de fort intéressant concernant les relations entre humains... Je ne l'ai pas sous la main. Je suis un peu paresseuse. Vous m'en voyez désolée.

Chris a dit...

J'aime beaucoup Emily Dickson!