19 février 2007

La ronde des haiku. Kunihiko Fujii




Petit livre traduit par Alain Kerven.
Traduit mais quand même fait pour les japonais.
J'ai beaucoup aimé car il m'a fait comprendre encore mieux l'essence du haiku.

Il dit: Le haiku est le plus petit poème du monde. Mais sa dimension réduite ne veut pas dire insignifiance. Il fait réfléchir à la manière de choisir les mots, à la façon de construire ses phrases, au moyens d'exprimer ce que l'on veut dire et de transmettre ses propres émotions.


En fait, il faut être capable de saisir l'instant présent. Et pourquoi cet instant a suscité une émotion en nous.

Ce qui me plait aussi:
En s'appropriant le haiku japonais, devenu genre universel, chaque peuple doit pouvoir faire de même: exprimer sa personnalité et sa vision du monde sans s'enfermer dans des règles strictes, mais en gardant ce goût du concret, cette spontanéité et cette fraîcheur qui font le charme du genre.



Aucun commentaire: